Panels coordonnés > Socioéconomie et Démocratie: l'actualité de Karl Polanyi

Socioéconomie et démocratie, l'actualité de Karl Polanyi

 

Session organisée par Jean-Louis Laville (CNAM) et Melaine Cervera (Université Paris Est). Les propositions sont à envoyer à l'un des coordinateurs, aux adresses suivantes: jean-louis.laville@cnam.fr; melaine.cervera@u-pem.fr


 

Le programme de recherche esquissé par Polanyi portant sur les imbrications des sphères économique et politique s’est heurté à nombre d’oppositions qui ont rendu difficile sa mise en oeuvre. Elles méritent d’être évoquées parce qu’elles signalent l’abondance des résistances intellectuelles à une meilleure intelligence des interactions continues entre politique et économique (Hirschman, 1995, p.329), mais aussi parce qu’elles mettent en évidence combien les changements intervenus dans les dernières décennies libèrent un espace pour de nouvelles perspectives inspirées par Polanyi.

 Ce sont d’abord les séparations disciplinaires et les spécialisations dans les sciences sociales qui ont concouru au cloisonnement de l’étude de ces deux sphères.

 Ce sont ensuite les figures de hiérarchisation entre sphères économique et politique qui ont montré leurs limites. Les projets d’économie dirigée, d’une part, ont bien montré les impasses d’une volonté de suppression du marché découlant d’une hégémonie du politique. Les convictions social-démocrates, d’autre part, selon lesquelles il suffirait de réguler le capitalisme marchand pour le domestiquer, livrent un bilan ambivalent. Elles peuvent certes être créditées d’une dé-marchandisation des risques sociaux, dont les résultats en termes de niveau de vie et de lutte contre les inégalités ont été spectaculaires dans les Trente Glorieuses. Mais ce succès ne saurait faire oublier les contreparties : régulations établies au niveau national par des élites expertes cantonnant les citoyens dans une position d’assujettis ou de bénéficiaires du système plus que de contributeurs ; et utilisation de la redistribution publique indexant de fait les progrès en matière de justice sociale sur les résultats de la croissance marchande, fortement remise en cause par son ralentissement tendanciel depuis trois décennies. Ces faiblesses inhérentes aux social-démocraties expliquent que l’Etat-providence, fragilisé par son déficit d’expression citoyenne et son financement dépendant des prélèvements sur l’économie de marché, n’ait pas trouvé de légitimité suffisante face aux attaques des trois dernières décennies. L’accusation dont il a été l’objet dans les thèses dites « néolibérales » popularisées par Friedrich Hayek et Milton Friedman a certes rencontré un écho amplifié par les pouvoirs financiers et médiatiques, mais il trouve aussi son origine dans l’essoufflement d’un scénario fondé sur l’endiguement du capitalisme marchand par les seules régulation et redistribution publiques. Dans des sociétés marquées par un individualisme complexe, le manque de personnalisation et l’absence de sollicitation des usagers dans la construction des services qui leur sont destinés sont des obstacles rédhibitoires pour un État dont la posture panoptique n’est dès lors plus appropriée. Comme le mentionnait déjà Emile Durkheim, « un Etat hypertrophié » ne peut enserrer et retenir « une poussière infinie d’individus inorganisés ».

 

D’où l’actualité d’une grille d’analyse longtemps marginalisée qui dépasse le dilemme marché-Etat pour englober les principes de réciprocité et d’administration domestique. L’oeuvre de Polanyi, caractérisée par sa visée éthique et politique, peut ainsi fournir des outils pour penser certains des problèmes les plus ardus de notre temps. C'est sur cette hypothèse que sont sollicitées les contributions à ce panel ouvert.

 

Quelques références clés :

  • HILLENKAMP I., LAVILLE J.-L. (dir.), 2013, Socioéconomie et démocratie. L’actualité de Karl Polanyi,Erès.
  • MAUCOURANT J., 2011, Avez-vous lu Polanyi ?, (1ère ed. 2005, La Dispute), Paris, Flammarion,« Champs Essais ».
  • POLANYI K., 1983, La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps,1ère éd. 1944, Paris, Gallimard.
  • POLANYI K., 1975, « L’économie comme procès institutionnalisé », in C. Arensberg, H. Pearsons, K.
  • Polanyi, Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, 1ère éd. 1957, Paris, Larousse.
  • POLANYI K., 2008, Essais, Paris, Seuil.
  • POLANYI K., 2011, La subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société,(1ère éd., 1977), Flammarion.
Personnes connectées : 1